Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 12:32

 

 

 Eldjem.jpg

 

 

 

 

 

Cette année-là, ma femme et moi, nous avions décidé de consacrer nos vacances à l’île de Djerba. Nous nous proposions de nous y détendre dans le cadre vaguement exotique du Club Méditerranée dont nous comptions effacer l’empreinte certainement trop occidentalisée par de multiples visites automobiles à des lieux plus typiques de la vie locale et aux ruines romaines, particulièrement belles en Tunisie. Aux ruines romaines surtout.

Nous nous retrouvâmes en conséquence, un matin de très bonne heure à l’aéroport d’Orly, en compagnie d’une ribambelle de citadins désirant se dépayser au plus juste prix. Il y avait là l’échantillonnage parfait des vacanciers organisés, depuis la grand-mère en jean acheté pour l’occasion, les enfants exubérants de l’énervement du départ, le couple essayant une dernière tentative de rapprochement inconscient, jusqu’au célibataire esseulé jaugeant par avance ses possibles conquêtes à venir.

Nous nous trouvions dans le sas d’embarquement, long couloir vitré surplombant les pistes, sagement alignés en une colonne parcourue du brouhaha assourdi de ce type d’événements, lorsqu’un homme très grand, tenant par la main une fillette, se fraya un chemin dans la petite foule, à grands renforts de mouvements de bras et d’épaule. Il désirait manifestement se rapprocher de la tête de notre groupe au grand dam des premiers arrivés mais ce qui déclencha les protestations grandissantes des participants, ce fut la désinvolture évidente de l’individu qui semblait se moquer comme d’une guigne de l’ordre social ainsi reconstitué. Plus encore, je l’entendis déclarer à son enfant : « Allez, cocotte, avance ! On n’en a rien à foutre de ces cons-là ! ». La proximité des vacances de tous ne prolongea pas l’incident plus avant mais, je dois avouer que, rarement, j’eus à éprouver une telle antipathie d’instinct pour quelqu’un que je ne connaissais pas.

Nous retrouvâmes le grossier individu quelques jours plus tard sur la plage. C’était en fait un homme tout à fait charmant qui nous expliqua, en médecin qu’il était en réalité, le trouble dont il souffrait. Il était atteint du syndrome assez rare de Gilles de la Tourette. De la Tourette a été le premier à décrire de manière rigoureuse la maladie à laquelle on a donné son nom. Il s’agit d’une affection apparentée à certains troubles neurologiques du type de la chorée de Hungtington, touchant plus particulièrement les hommes, et qui se caractérise par un comportement étrange : écholalie 1, gestes brutaux et incontrôlés, violences verbales et, parfois, éructations, injures, mots orduriers prononcés à voix haute, tous éléments que le malade ne peut que très difficilement contrôler. Notre interlocuteur nous expliqua le cortège de problèmes et rejets que ne manquait pas de lui attirer son attitude involontaire. D’ailleurs, en nous parlant, son visage était agité de tics divers et de parasitismes faciaux tandis que son discours s’interrompait par moment pour laisser filtrer, de manière bien intelligible, quelque mot ordurier ou quelque injure parfaitement gratuite. Alors, tout en proférant ses incongruités involontaires, ses yeux bruns se voilaient d’une empreinte attristée comme pour nous dire : « Ne faites pas attention : j’essaie bien de me dominer mais je n’y arrive pas toujours ». En parfait homme du sud-ouest, il pratiquait le rugby, était marié et père de la délicieuse petite fille qui l’accompagnait et menait une carrière médicale honorable. Il paraissait être d’une grande culture comme si celle-ci devait être la preuve que l’image qu’il donnait à la Société ne reflétait certainement pas ce qu’il était en réalité.

J’éprouvai une grande pitié pour cet homme intelligent, ainsi victime depuis l’enfance d’un sort contraire qu’il ne méritait pas. Ce qui semblait particulièrement injuste, c’était précisément l’innocuité de son trouble qui lui permettait une insertion sociale presque normale mais sans cesse remise en question par son comportement.

Je me suis juré depuis, et autant que faire se peut, de ne pas juger les gens sur leur apparence immédiate et d’attendre de les mieux connaître pour me faire sur eux une opinion définitive. Je dois à la vérité de dire que j’ai été plus souvent déçu que rassuré mais j’essaie néanmoins encore : qui sait ? Les êtres sont certainement toujours plus compliqués que l’apparence qu’ils donnent d’eux.

 

 

 

1 écholalie : une écholalie est une tendance spontanée à répéter systématiquement tout ou partie des phrases, habituellement de l'interlocuteur, en guise de réponse verbale. (in Wikipedia France)


 

 

Tous droits réservés pour tous pays

Toute reproduction même partielle interdite

Copyright 943R1C3

Partager cet article

Repost 0
Published by cepheides
commenter cet article

commentaires

check here 17/12/2013 11:25

I am glad and excited to read the writing you have shared here about your vacation in the island of Djerba and such writings are a great source of guide for other people planning for the same tour and trips. I like your effort to share this and I will visit again for more.

cathy 19/03/2012 19:55


je trouve cela votre blog très intéréssant ,car je ne connaissais pas ce genre de maladie et je plains les personnes qui en sont atteinte car malheureusement nous ,les humains jugeons trop
facilement pas comme il faut moi y comprit !!!!


 

prada 16/03/2012 22:13


Venu par hasard sur ce blog, je suis très intéressée par les deux premières nouvelles et j'espère qu'il y en aura beaucoup d'autres...

Lydia S. 12/03/2012 19:29

Intéressant et amusant ! J'espère que vous continuerez à nous décrire de telles petites scènes !

djeser 13/03/2012 15:33



J'essaierai !!!



Présentation

  • : petites tranches de vie médicale
  • petites tranches de vie médicale
  • : livre réunissant quelques souvenirs de pratique médicale
  • Contact

trafic depuis février 2013

Recherche

Dépôt légal

http://www.copyrightfrance.com

Articles Récents

  • accueil et sommaire
    Je me propose d'évoquer au fil de ces pages quelques souvenirs glanés ici ou là durant mon exercice médical et de les publier au rythme de un à deux par mois (s'inscrire à la newsletter, dans la colonne de droite du blog, est le plus sûr moyen d'être...
  • scène dix-neuf : un amour absolu
    Il faisait particulièrement doux ce soir-là et cette douceur qui flottait sur les maisons, sur les arbres et jusque dans l’air était la promesse du printemps à présent si proche. Il y aurait bien encore quelques accès de mauvaise humeur du temps mais...
  • scène dix-huit : Clac-clac
    La trentaine naissante, le cheveu blond-cendré, les yeux d’un bleu délavé sur un visage toujours extraordinairement pâle, la silhouette fine et penchée vers l’avant, monsieur T. s’exprimait toujours d’une voix douce, parfois imperceptible au point que...
  • scène dix-sept : une vieille dame
    L’immeuble, solitaire et plutôt mal entretenu (quoique propre), se dressait au bout de l’avenue, près du pont. Sa grande carcasse noirâtre surplombait d’un côté un gros carrefour routier, point de jonction de plusieurs routes d’importance reliant Paris...
  • scène seize : le parfum envoûtant des îles
    Dans le Val-de-Marne existe une institution bien particulière : le SAMI, sigle signifiant Service d’Accueil Médical Initial. Il s’agit d’un organisme de garde des médecins généralistes qui s’y succèdent à tour de rôle aux heures où les cabinets médicaux...
  • Scène quinze : responsables mais pas coupables
    C’est court, une Vie , me disait ma grand-mère lorsque je n’étais encore qu’un petit enfant, c’est si court et pourtant en même temps si long. Ca passe vite, c’est vrai, et, pourtant, on en rencontre des gens, on en aperçoit des choses. Je la revois encore,...
  • scène quatorze : la tour
    Je suis face à la tour. Une tour anonyme comme il y en a des dizaines dans cette banlieue. Je suis seul. Seul alors que d’ordinaire un va-et-vient constant entoure la grande bâtisse. Mais cela s’explique : il est une heure quinze de l’après-midi et nous...
  • scène treize : rideau !
    Il arrive qu’on revive une scène qu’on ne peut identifier mais sans que la sensation relève de ces impressions de « déjà-vu » qui ne reposent généralement sur rien de réel. Ce jour-là, en allant payer mon essence à la petite guérite située à l’orée du...
  • scène douze : faiseurs d'illusions
    Quand j’y repense et que je me repasse la triste histoire des derniers jours de mon malade et ami J.T., je me dis qu’il n’a pas eu beaucoup de chance. Sans doute sa maladie, cruelle et banale, ne pouvait-elle guère évoluer autrement. Il n’empêche : au...
  • scène onze : revendications
    Au premier abord, monsieur M. n’inspirait guère la sympathie. C’était un homme plutôt volumineux qui vous recevait bien installé dans son fauteuil d’infirme et vous toisait comme s’il venait de reconnaître, sinon un ennemi haï, du moins quelqu’un qu’il...