Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 12:45

 

 chat-blanc.jpg

 

 

 

 

 

 

                     Aramis était le chat de madame C. C’était un grand chat blanc dont le pelage immaculé semblait une insulte au désordre ambiant, un flocon de neige sur la grisaille du temps. Quand j’arrivais, il était toujours voluptueusement  allongé sur le canapé du salon mais à mesure que le temps s’écoulait il paraissait se dégourdir de sa léthargie. Il baillait, redressait la tête, s’étirait distraitement, s’intéressait finalement. Enfin, d’un bond plein de grâce, il franchissait le dernier rempart de son désintérêt pour venir s’asseoir sur la table où je rédigeais mes ordonnances. Alors, ses yeux vert émeraude, plissés par une malicieuse complicité, donnaient l’impression de surveiller l’avancée de ma prescription. Parfois, quand il était d’humeur joyeuse, il tapotait du bout du coussinet la membrane de mon stéthoscope comme pour s’assurer de sa fragilité, comme pour se prouver qu’il pouvait si facilement la détruire. Il s’enhardissait même, les jours fastes, jusqu’à renifler attentivement ma sacoche, l’œil allumé devant tant de trésors improbables.

      Jamais il n’oubliait de se frotter à moi pour me prouver son intérêt, pour me faire comprendre qu’il m’accordait sa bénédiction et que, d’une certaine manière, il acceptait, par une faveur exceptionnelle mais chaque fois renouvelée, de me pardonner d’avoir envahi son univers de chat dans lequel il ne m’avait pas invité. Il se frottait à vous, Aramis, mais il ne fallait pas le caresser : l’imprudent qui s’y serait risqué aurait reçu pour prix de son geste insolent un rapide coup de griffe.

      Lorsque je quittais l’appartement, je n’oubliais jamais de lui jeter un dernier regard dans un futile adieu d’amitié mais il ne me voyait déjà plus. Ses largesses à mon égard avaient été dispensées, sa patience épuisée. Il regardait ailleurs et j’avais chaque fois la certitude qu’il avait repris sa faction, sentinelle inaltérable d’un avenir que je ne connaîtrai pas.

      Tout à l’heure je suis retourné chez madame C. et, presque immédiatement, j’ai demandé : « Mais où est Aramis ? Je ne vois pas Aramis ! ».

      Aramis était mort. Mort d’un accident. Ce soir-là, sa maîtresse avait oublié de clore l’entrebâillement de la fenêtre de la cuisine pour la nuit, et lui, qui était si friand de cette liberté qu’on lui refusait, avait sauté sur le rebord. La pluie qui était tombée en abondance les jours précédents avait humidifié les pierres et, pour une raison qu’on ne connaîtrait jamais, Aramis, d’ordinaire si adroit, avait glissé et était tombé six étages plus bas, dans un vol plané tourbillonnant qui avait pour une dernière fois illuminé la nuit naissante de sa clarté soyeuse.

      Il y avait un autre chat à sa place, destiné à remplacer Aramis. Un zébré, jeune et sympathique, quelconque. Il s’appelle Mitsou.

 

 

 

Tous droits réservés pour tous pays

Toute reproduction même partielle interdite

Copyright 943R1C3

Partager cet article

Repost 0
Published by cepheides
commenter cet article

commentaires

windows 8 transformation pack for xp 18/12/2013 12:31

Thanks for the writing and share about the big white cat Aramis and I totally like the information and sharing you have made for the readers about the pets and care. Great and lucky that I land on your page after a long search and will visit again.

Nova 25/06/2013 16:52

Excellent petit sujet plein de poésie...

LAGANEROSE 26/03/2013 21:02


Votre histoire est très émouvante et surtout particulièrement bien écrite au point qu'on aimerait avoir connu le félin du temps de son vivant... D'autres anecdotes seraient évidemment les
bienvenues !

St Maurice 22/03/2013 21:57


Touchante anecdote qui nous rappelle que les animaux qui nous entourent ont une vie propre qui, parfois, traverse la nôtre ! Remarquablement écrit par ailleurs... On en veut d'autres !

Lydia S. 09/03/2013 18:29


A vous lire, on aurait vraiment voulu connaître ce chat au destin si tragique...

Présentation

  • : petites tranches de vie médicale
  • petites tranches de vie médicale
  • : livre réunissant quelques souvenirs de pratique médicale
  • Contact

trafic depuis février 2013

Recherche

Dépôt légal

http://www.copyrightfrance.com

Articles Récents

  • accueil et sommaire
    Je me propose d'évoquer au fil de ces pages quelques souvenirs glanés ici ou là durant mon exercice médical et de les publier au rythme de un à deux par mois (s'inscrire à la newsletter, dans la colonne de droite du blog, est le plus sûr moyen d'être...
  • scène dix-neuf : un amour absolu
    Il faisait particulièrement doux ce soir-là et cette douceur qui flottait sur les maisons, sur les arbres et jusque dans l’air était la promesse du printemps à présent si proche. Il y aurait bien encore quelques accès de mauvaise humeur du temps mais...
  • scène dix-huit : Clac-clac
    La trentaine naissante, le cheveu blond-cendré, les yeux d’un bleu délavé sur un visage toujours extraordinairement pâle, la silhouette fine et penchée vers l’avant, monsieur T. s’exprimait toujours d’une voix douce, parfois imperceptible au point que...
  • scène dix-sept : une vieille dame
    L’immeuble, solitaire et plutôt mal entretenu (quoique propre), se dressait au bout de l’avenue, près du pont. Sa grande carcasse noirâtre surplombait d’un côté un gros carrefour routier, point de jonction de plusieurs routes d’importance reliant Paris...
  • scène seize : le parfum envoûtant des îles
    Dans le Val-de-Marne existe une institution bien particulière : le SAMI, sigle signifiant Service d’Accueil Médical Initial. Il s’agit d’un organisme de garde des médecins généralistes qui s’y succèdent à tour de rôle aux heures où les cabinets médicaux...
  • Scène quinze : responsables mais pas coupables
    C’est court, une Vie , me disait ma grand-mère lorsque je n’étais encore qu’un petit enfant, c’est si court et pourtant en même temps si long. Ca passe vite, c’est vrai, et, pourtant, on en rencontre des gens, on en aperçoit des choses. Je la revois encore,...
  • scène quatorze : la tour
    Je suis face à la tour. Une tour anonyme comme il y en a des dizaines dans cette banlieue. Je suis seul. Seul alors que d’ordinaire un va-et-vient constant entoure la grande bâtisse. Mais cela s’explique : il est une heure quinze de l’après-midi et nous...
  • scène treize : rideau !
    Il arrive qu’on revive une scène qu’on ne peut identifier mais sans que la sensation relève de ces impressions de « déjà-vu » qui ne reposent généralement sur rien de réel. Ce jour-là, en allant payer mon essence à la petite guérite située à l’orée du...
  • scène douze : faiseurs d'illusions
    Quand j’y repense et que je me repasse la triste histoire des derniers jours de mon malade et ami J.T., je me dis qu’il n’a pas eu beaucoup de chance. Sans doute sa maladie, cruelle et banale, ne pouvait-elle guère évoluer autrement. Il n’empêche : au...
  • scène onze : revendications
    Au premier abord, monsieur M. n’inspirait guère la sympathie. C’était un homme plutôt volumineux qui vous recevait bien installé dans son fauteuil d’infirme et vous toisait comme s’il venait de reconnaître, sinon un ennemi haï, du moins quelqu’un qu’il...