Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Top articles

  • Scène quinze : responsables mais pas coupables

    01 septembre 2012

    C’est court, une Vie , me disait ma grand-mère lorsque je n’étais encore qu’un petit enfant, c’est si court et pourtant en même temps si long. Ca passe vite, c’est vrai, et, pourtant, on en rencontre des gens, on en aperçoit des choses. Je la revois encore,...

  • scène dix-neuf : un amour absolu

    21 novembre 2012

    Il faisait particulièrement doux ce soir-là et cette douceur qui flottait sur les maisons, sur les arbres et jusque dans l’air était la promesse du printemps à présent si proche. Il y aurait bien encore quelques accès de mauvaise humeur du temps mais...

  • scène dix-huit : Clac-clac

    30 octobre 2012

    La trentaine naissante, le cheveu blond-cendré, les yeux d’un bleu délavé sur un visage toujours extraordinairement pâle, la silhouette fine et penchée vers l’avant, monsieur T. s’exprimait toujours d’une voix douce, parfois imperceptible au point que...

  • scène dix-sept : une vieille dame

    02 octobre 2012

    L’immeuble, solitaire et plutôt mal entretenu (quoique propre), se dressait au bout de l’avenue, près du pont. Sa grande carcasse noirâtre surplombait d’un côté un gros carrefour routier, point de jonction de plusieurs routes d’importance reliant Paris...

  • scène seize : le parfum envoûtant des îles

    15 septembre 2012

    Dans le Val-de-Marne existe une institution bien particulière : le SAMI, sigle signifiant Service d’Accueil Médical Initial. Il s’agit d’un organisme de garde des médecins généralistes qui s’y succèdent à tour de rôle aux heures où les cabinets médicaux...

  • scène quatorze : la tour

    19 août 2012

    Je suis face à la tour. Une tour anonyme comme il y en a des dizaines dans cette banlieue. Je suis seul. Seul alors que d’ordinaire un va-et-vient constant entoure la grande bâtisse. Mais cela s’explique : il est une heure quinze de l’après-midi et nous...

  • scène treize : rideau !

    05 août 2012

    Il arrive qu’on revive une scène qu’on ne peut identifier mais sans que la sensation relève de ces impressions de « déjà-vu » qui ne reposent généralement sur rien de réel. Ce jour-là, en allant payer mon essence à la petite guérite située à l’orée du...

  • scène douze : faiseurs d'illusions

    22 juillet 2012

    Quand j’y repense et que je me repasse la triste histoire des derniers jours de mon malade et ami J.T., je me dis qu’il n’a pas eu beaucoup de chance. Sans doute sa maladie, cruelle et banale, ne pouvait-elle guère évoluer autrement. Il n’empêche : au...

  • scène onze : revendications

    06 juillet 2012

    Au premier abord, monsieur M. n’inspirait guère la sympathie. C’était un homme plutôt volumineux qui vous recevait bien installé dans son fauteuil d’infirme et vous toisait comme s’il venait de reconnaître, sinon un ennemi haï, du moins quelqu’un qu’il...

  • scène dix : les enfants

    22 juin 2012

    J’ai toujours bien aimé les enfants et, en les recevant dans le cabinet de consultation, je cherche toujours à les mettre à l’aise en blaguant avec eux. Je fais semblant, par exemple, de leur écouter le nez ou le sommet du crâne avec mon stéthoscope ou...

  • scène neuf : l'homme aux yeux bleus

    09 juin 2012

    Des morts, j’en ai vu beaucoup lorsque je travaillais comme externe de garde à l’hôpital B., dans le service de réanimation cardiorespiratoire du Pr. L. mais il en est un qui me poursuit encore, probablement du fait que j’ai joué un rôle actif, à défaut...

  • scène huit : détresse socio-professionnelle

    27 mai 2012

    Quand il reçoit un nouveau patient, quelqu’un qu’il n’a encore jamais vu, le médecin cherche toujours à décrypter ce que cache cette consultation. Le plus souvent, et c’est heureux, les problèmes sont relativement perceptibles et d’ailleurs bien expliqués...

  • scène sept : vacuité

    12 mai 2012

    Durant toutes ces années, je crois avoir rencontré bien des sortes de gens, des plus tranquilles aux plus stressés, des plus banals aux plus étranges. De l’affection somatique grave qui dégrade irrémédiablement jusqu’à la maladie mentale qui détruit la...

  • scène six : le vieil homme

    29 avril 2012

    Dans cette partie de la ville – qui a depuis fort changé – on trouvait nombre de petites habitations individuelles servant de refuge à bien des retraités qui vivaient là une fin de vie paisible. Aujourd’hui, on parlerait de banlieue pavillonnaire et le...

  • scène quatre : euthanasie

    31 mars 2012

    Mon premier vrai remplacement de médecine générale me propulsa dans un coin de France où je n’avais encore jamais mis les pieds. Dire que le dépaysement était pour moi intense est un euphémisme mais il fallait bien commencer quelque part et si la Picardie,...

  • scène trois : perplexité

    18 mars 2012

    A défaut d’être original, le couple qui se tenait devant moi semblait pour le moins disparate. La femme observait ses souliers et son embarras était certainement en rapport avec son aspect négligé, ses vêtements désaccordés, déchirés et salis et ses cheveux...

  • scène deux : Aramis

    07 mars 2012

    Aramis était le chat de madame C. C’était un grand chat blanc dont le pelage immaculé semblait une insulte au désordre ambiant, un flocon de neige sur la grisaille du temps. Quand j’arrivais, il était toujours voluptueusement allongé sur le canapé du...

  • scène un : Gilles de la Tourette

    07 mars 2012

    Cette année-là, ma femme et moi, nous avions décidé de consacrer nos vacances à l’île de Djerba. Nous nous proposions de nous y détendre dans le cadre vaguement exotique du Club Méditerranée dont nous comptions effacer l’empreinte certainement trop occidentalisée...

  • scène cinq : médecine Champagne

    13 avril 2012

    Le Professeur C. – un grand nom aujourd’hui oublié – était le prototype même du grand patron. Je le revois dans cette immense salle de l’hôpital X (dont il avait su faire un des grands centres de l’urologie française), arpentant nerveusement l’estrade...

  • sommaire

    06 mars 2012

    1. avertissement 2. Gilles de la Tourette 3. Aramis 4. perplexité 5. euthanasie 6. médecine Champagne 7. le vieil homme 8. vacuité 9. détresse socio-professionnelle 10. l'homme aux yeux bleus 11. les enfants 12. revendications 13. faiseurs d'illusions...

  • introduction

    06 mars 2012

    Je me propose d'évoquer au fil de ces pages quelques souvenirs glanés ici ou là durant mon exercice médical et de les publier au rythme de un à deux par mois (s'incrire à la newletter, dans la colonne de droite du blog, est le plus sûr moyen d'être tenu...

  • avertissement

    07 mars 2012

    Céline, à la première page de son livre « Mort à Crédit », nous confie : « Je n’ai pas toujours pratiqué la médecine, cette merde ». Je n’ai pas non plus toujours pratiqué la médecine, la vraie, celle de tous les jours, que l’on appelle encore parfois...

  • accueil et sommaire

    01 septembre 2014

    Je me propose d'évoquer au fil de ces pages quelques souvenirs glanés ici ou là durant mon exercice médical et de les publier au rythme de un à deux par mois (s'inscrire à la newsletter, dans la colonne de droite du blog, est le plus sûr moyen d'être...

Présentation

  • : petites tranches de vie médicale
  • petites tranches de vie médicale
  • : livre réunissant quelques souvenirs de pratique médicale
  • Contact

trafic depuis février 2013

Recherche

Dépôt légal

http://www.copyrightfrance.com

Articles Récents

  • accueil et sommaire
    Je me propose d'évoquer au fil de ces pages quelques souvenirs glanés ici ou là durant mon exercice médical et de les publier au rythme de un à deux par mois (s'inscrire à la newsletter, dans la colonne de droite du blog, est le plus sûr moyen d'être...
  • scène dix-neuf : un amour absolu
    Il faisait particulièrement doux ce soir-là et cette douceur qui flottait sur les maisons, sur les arbres et jusque dans l’air était la promesse du printemps à présent si proche. Il y aurait bien encore quelques accès de mauvaise humeur du temps mais...
  • scène dix-huit : Clac-clac
    La trentaine naissante, le cheveu blond-cendré, les yeux d’un bleu délavé sur un visage toujours extraordinairement pâle, la silhouette fine et penchée vers l’avant, monsieur T. s’exprimait toujours d’une voix douce, parfois imperceptible au point que...
  • scène dix-sept : une vieille dame
    L’immeuble, solitaire et plutôt mal entretenu (quoique propre), se dressait au bout de l’avenue, près du pont. Sa grande carcasse noirâtre surplombait d’un côté un gros carrefour routier, point de jonction de plusieurs routes d’importance reliant Paris...
  • scène seize : le parfum envoûtant des îles
    Dans le Val-de-Marne existe une institution bien particulière : le SAMI, sigle signifiant Service d’Accueil Médical Initial. Il s’agit d’un organisme de garde des médecins généralistes qui s’y succèdent à tour de rôle aux heures où les cabinets médicaux...
  • Scène quinze : responsables mais pas coupables
    C’est court, une Vie , me disait ma grand-mère lorsque je n’étais encore qu’un petit enfant, c’est si court et pourtant en même temps si long. Ca passe vite, c’est vrai, et, pourtant, on en rencontre des gens, on en aperçoit des choses. Je la revois encore,...
  • scène quatorze : la tour
    Je suis face à la tour. Une tour anonyme comme il y en a des dizaines dans cette banlieue. Je suis seul. Seul alors que d’ordinaire un va-et-vient constant entoure la grande bâtisse. Mais cela s’explique : il est une heure quinze de l’après-midi et nous...
  • scène treize : rideau !
    Il arrive qu’on revive une scène qu’on ne peut identifier mais sans que la sensation relève de ces impressions de « déjà-vu » qui ne reposent généralement sur rien de réel. Ce jour-là, en allant payer mon essence à la petite guérite située à l’orée du...
  • scène douze : faiseurs d'illusions
    Quand j’y repense et que je me repasse la triste histoire des derniers jours de mon malade et ami J.T., je me dis qu’il n’a pas eu beaucoup de chance. Sans doute sa maladie, cruelle et banale, ne pouvait-elle guère évoluer autrement. Il n’empêche : au...
  • scène onze : revendications
    Au premier abord, monsieur M. n’inspirait guère la sympathie. C’était un homme plutôt volumineux qui vous recevait bien installé dans son fauteuil d’infirme et vous toisait comme s’il venait de reconnaître, sinon un ennemi haï, du moins quelqu’un qu’il...